“Avril 2017 : Intensification du développement international de la société par la nomination d’un nouveau Directeur Général : Mme Nawal Ouzren”
“Sensorion ambitionne de devenir un acteur majeur dans le traitement des pathologies de l’oreille interne pour répondre à un besoin médical insatisfait”
« Notre mission : développer des traitements innovants et ciblés contre les pathologies de l’oreille interne associées à des vertiges, acouphènes ou perte auditive… »
"Sensorion obtient la labellisation Pass French Tech et rejoint ainsi un cercle sélectif de pépites technologiques françaises à fort potentiel de développement"

Les acouphènes

Il s’agit de bruits anormaux et fantômes (sans réalité pour l’entourage) qui correspondent à des bourdonnements ou des sifflements entendus dans une ou deux oreilles ou bien dans la tête en l'absence de toute source sonore dans le milieu environnant. Les acouphènes sont une pathologie très fréquentes en France et affecteraient 1 à 8% de la population (jusqu’à 12 millions de français souffriraient d’acouphènes occasionnels1). Ces perturbations sonores peuvent être le symptôme d’une Maladie de Ménière, d’un neurinome ou d’une otosclérose.

Il existe de nombreux facteurs favorisants : exposition au bruit, antécédent de traumatisme crâniens, barotraumatisme, troubles vasculaires, anémie sévère ou prise de médicaments ototoxiques.

Les acouphènes constituent un réel problème de santé publique. 26% des patients présentant des acouphènes considèrent que ces derniers altèrent leur qualité de vie en perturbant la réalisation d’activités quotidiennes (lecture, sommeil, concentration sur des tâches complexes, interactions sociales). Les patients souffrant d’acouphènes présentent un risque plus important d’anxiété et de dépression2 .

L’intensité et la fréquence des acouphènes est très variable et nécessitent une prise en charge personnalisée en fonction du degré de handicap qu’ils induisent.

Les traitements actuellement proposés peinent à satisfaire l’ensemble des besoins médicaux exprimés par les patients.
On distingue trois types de thérapies : 

  • La thérapie cognitivo-comportementale : c’est une thérapie brève qui vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation avec la réalité dont le but final est de faciliter l’habituation. Si elles ne traitent pas les acouphènes, elles permettent d’en prévenir certaines conséquences sur la qualité de vie (irritabilité, anxiété, dépression).
  • La thérapie sonore par utilisation d’appareils auditifs qui diffusent un son annulant le son gênant, cette thérapie est utilisée notamment aux Etats-Unis avec un coût de 2.500$ à 3.000$ par patient et nécessite une période d’un à deux ans avant d’être efficace. Ce traitement a été très pratiqué dans les années 80 mais le recours y est maintenant moins fréquent.
  • La thérapie médicamenteuse : elle ne cible pas les acouphènes mais leurs conséquences et consiste dans la prise de certains médicaments comme des antidépresseurs et des anxiolytiques.

Il n’existe pas actuellement de traitement curatif et les traitements palliatifs peinent à satisfaire le besoin des patients. Des traitements ciblant les cellules ciliées ou des neurones périphériques permettraient de réduire la fréquence et la sévérité des crises. Ils auraient ainsi un rôle direct sur les acouphènes et amélioreraient de façon indirecte la vie des patients en réduisant l’absentéisme professionnel, en facilitant leurs interactions sociales et en améliorant leur confort de vie.


[1] Chiffres de a journée nationale de l’audition
[2] Londero A. et al. Contribution of cognitive and behavioral therapy for patients with tinnitus: implication in anxiety and depression. Ann Otolaryngol Chir Cervicofac. 2004 Dec;121(6):334-45.