“Avril 2017 : Intensification du développement international de la société par la nomination d’un nouveau Directeur Général : Mme Nawal Ouzren”
“Sensorion ambitionne de devenir un acteur majeur dans le traitement des pathologies de l’oreille interne pour répondre à un besoin médical insatisfait”
« Notre mission : développer des traitements innovants et ciblés contre les pathologies de l’oreille interne associées à des vertiges, acouphènes ou perte auditive… »
"Sensorion obtient la labellisation Pass French Tech et rejoint ainsi un cercle sélectif de pépites technologiques françaises à fort potentiel de développement"

Les pertes auditives

Les pertes auditives peuvent aller d’une légère diminution de l’acuité auditive à une surdité complète. Les surdités liées à un dysfonctionnement de l’oreille interne sont des surdités dîtes de perception. Certaines fréquences sont moins bien perçues. Il peut s’agir de fréquences aiguës (4000 ou 8000 Hz) comme dans le cas d’une presbyacousie ou de fréquences graves comme dans le cas d’une maladie de Ménière.

Quel que soit le type de surdité, perdre l’ouïe place le patient dans une situation de handicap qu’on pourrait qualifier de pluridimensionnel : handicap sensoriel, handicap de communication, handicap social.
Inexorablement, le malentendant s’isole de la vie sociale (repas de famille, sorties au restaurant, soirées ou activités entre amis, etc.) et professionnelle du fait de la perte auditive mais aussi de l’obstacle psychologique à surmonter (peur de ne pas comprendre, crainte d'une moquerie, ou de gêner). Il faut également prendre en compte la grande fatigue liée à un effort de concentration exigé pour comprendre ce qui se passe. L’impact d’une perte d’audition peut agir sur trois grandes dimensions :

  • psychologiques : honte, problèmes de concentration, dépression, faible estime de soi.
  • physiques : maux de tête, tensions musculaires, stress, hypertension artérielle.
  • sociales : isolement et problèmes de communication et d’apprentissage.

Les pertes auditives peuvent surgir brutalement ou évoluer de façon progressive…


La presbyacousie est perte auditive progressive liée au vieillissement tissulaire de l’oreille interne. Les facteurs de risque sont un terrain génétique favorable, une exposition régulière et précoce au bruit, des facteurs environnementaux toxiques ou la consommation de certains médicaments. Ce type de surdité progressive affecte plus fréquemment les hommes que les femmes à partir de 50 ans. Si le vieillissement de l’oreille interne est un phénomène normal, lié à la perte des cellules ciliées, il peut être accéléré ou potentialisé par les facteurs de risque décrits précédemment. Il n’existe actuellement pas de traitement curatif ou préventif pour la presbyacousie.

Seul l’appareillage permet actuellement de restaurer l’audition perdue. Cette solution présente plusieurs désavantages : la nécessité d’un port régulier, voire permanent, le prix et la stigmatisation. En effet, ces appareils bien que très discrets rappellent sans cesse au patient qu’il vieillit et que cela se voit. En raison de ces désavantages, les patients préfèrent se passer de cette aide auditive au risque d’un isolement social et/ou professionnel important ! L’intérêt pour un traitement de type anti-lésionnel est donc réel et important.

Les surdités brusques peuvent survenir en 24h. Les causes restent très discutées, elles peuvent être d’origines virale, vasculaire, immunitaire ou mécanique. Elles sont le plus souvent unilatérales et il s’agit de surdité périphérique. Pour 2/3 d’entre elles, elles récupèrent spontanément en une quinzaine de jours. Le traitement actuel proposé est une corticothérapie dont l’efficacité et donc l’utilité restent discutées. Il serait donc important de  pouvoir proposer une thérapie efficace et facilement administrable.

Enfin, les surdités pressionnelles congénitales d’oreille interne sont liées à un excès de pression des liquides contenus dans l’oreille interne et s’exerçant sur les structures sensorielles de l’audition. Le traitement proposé actuellement est un traitement chirurgical mais là encore, il y aurait intérêt à pouvoir proposer un traitement anti-lésionnel ou curatif des causes des modifications liquidiennes.


Quel que soit le type de surdité, ses conditions de survenue, l’arsenal thérapeutique proposé ne permet pas de garantir le retour de l’audition perdue. Il existe donc un réel besoin médical non couvert : celui d’un véritable traitement de fond qui réduirait les phénomènes lésionnels sous-jacent à la perte auditive.
A ce jour, aucun traitement de fond efficace n’existe. Il existe pourtant de réel besoins vis-à-vis de traitement de fond qui permettraient de préserver au mieux le capital auditif du patient afin de réduire sa perte auditive à long terme, une sérieuse cause de handicap dans la vie courante et professionnelle.