“Avril 2017 : Intensification du développement international de la société par la nomination d’un nouveau Directeur Général : Mme Nawal Ouzren”
“Sensorion ambitionne de devenir un acteur majeur dans le traitement des pathologies de l’oreille interne pour répondre à un besoin médical insatisfait”
« Notre mission : développer des traitements innovants et ciblés contre les pathologies de l’oreille interne associées à des vertiges, acouphènes ou perte auditive… »
"Sensorion obtient la labellisation Pass French Tech et rejoint ainsi un cercle sélectif de pépites technologiques françaises à fort potentiel de développement"

Ototoxicité

Les tissus de l’oreille interne peuvent être la cible d'agents extérieurs toxiques.

Ces agents extérieurs peuvent être des solvants, des aliments mais aussi des médicaments.

Certains médicaments peuvent affecter les tissus cochléaires ou vestibulaires en fonction de leur tropisme. Administrés par voie générale (orale, intraveineuse, intramusculaire…), ces substances vont diffuser dans l’organisme, atteindre l’oreille interne et pénétrer dans les liquides labyrinthiques. Ils vont ainsi imprégner les tissus vestibulaires et cochléaires. Au sein des cellules ciliées notamment, ils provoquent des lésions des membranes et des organites intracellulaires conduisant à la mort de la cellule. Ces atteintes se manifestent par les symptômes suivants: vertiges, acouphènes, perte d’audition allant jusqu’à la surdité complète. Il existe une grande variété de molécules susceptibles de provoquer ces lésions, parmi les plus connues: les antibiotiques de la famille des aminosides, l’aspirine et certains anti-inflammatoires non-stéroïdiens, les antipaludéens à base de quinine, et surtout les sels de platine, dont le cisplatine, utilisés en chimiothérapie.
Les atteintes sont bilatérales et constituent des limites aux chimiothérapies dont il faut adapter les doses et parfois modifier les protocoles.


En oncologie, l’ototoxicité du cisplatine est une véritable problématique chez l’adulte. Elle l’est encore davantage chez l’enfant en raison d’une sensibilité plus importante à cette toxicité et du fort taux de survie des jeunes patients (>75%).  En effet, la surdité survient chez l’enfant pendant la période critique d’apprentissage pouvant ainsi interférer avec le développement global de l’enfant et plus particulièrement le développement du langage et son intégration sociale.

 

A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement curatif des lésions installées et la prévention des risques se limite à la mesure de la fonction auditive (audiogramme) avant et pendant le traitement pour évaluer son impact sur l’audition et l’adapter en conséquence. La prévention de ces lésions constitue donc une véritable piste thérapeutique et un réel besoin médical non-satisfait.